Operation Flashpoint : Red River – fin

Operation Flashpoint : la guerre, en mode groupé

Je ne pouvais pas vous faire le test de OF Red River sans avoir testé le multijoueur car c’est là le plus intéressant du jeu. Alors pour ce qui de la campagne principale, je n’ai pas pus encore testé car les serveurs de codemasters ont quelques soucis, mais j’ai entendu qu’on ne pouvait la faire qu’à 2 joueurs ! Alors qu’on est 4 dans l’escouade, pas terrible.

Moi ce que j’ai testé c’est l’autre mode multijoueur, jouable à 4 cette fois-ci. Il s’agit donc de petites missions annexes, voilà ce qu’on peut faire :

Derniers rempart : défendre une postion

Sauvetage : Sauver les pilotes abattus

Tonnerre : Protéger le convoi

Coup de balai : Éliminez les forces insurgés

Mission rapide, jouable à 4 (comme dit au dessus), j’ai plutôt bien aimé ces petites missions en multijoueur où on entendant moins le chef qui nous gueule ses règles à suivre

Durant la mission vous avez aussi quelques choix à faire, par exemple quand vous allez sauver le pilote, vous pouvez ensuite détruire l’hélicoptère (ou enfin ce qu’il en reste) afin que les rebelles ne s’en emparent pas. Ou encore, lors de la mission où il faut défendre une position, et bien quand ça chauffe trop vous pouvez choisir de rejoindre la zone d’évacuation afin de partir au plus vite.

réalisme du jeu

Si vous arrêtez de lire le test ici vous pensez surement que OF Red River est un excellent jeu à posséder de toute urgence, et bien je vous conseil de lire la suite avant de vous emballer. Et oui, car le je fps de Codemasters à malheureusement pas mal de défauts qui viennent entacher ce qui aurait pus être un excellent jeu.

Déjà ce qui fache au premier lancement du jeu ce sont les graphismes, on est à des années lumières de ce qui ce fait maintenant (quoiqu’avec Homefront…) alors si les graphismes ne sont pas forcément le plus important pour vous dans un jeu et bien je vous rappel que les combats se passe en moyenne à 200 m l’un de l’autre (voir plus) donc ça devient très handicapent de bien détecter les ennemis, encore en normal ça passe car ils sont indiqués sur la boussole mais si vous montez en niveau toutes indications est enlevées !

Autre gros point négatif : l’IA.

C’est simple elle est tout simplement absente, vos coéquipiers ne vous serviront à rien du tout. Au départ j’essayais de bien faire le jeu en utilisant mes coéquipiers, en essayant différentes tactiques, mais finalement il suffit de leurs dire de nous suivre et d’avancer sans s’en occuper et c’est beaucoup plus pratique. Comme je vous le disais plus haut, on peut se soigner, ou se faire soigner, mais on peut aussi soigner ses coéquipiers mais là encore ça ne sert pas à grand chose parce que même s’ils meurent il reviennent (comme par magie) au checkpoint suivant, pas très réaliste donc.

Après il y d’autres petits défauts qui rendent le tout pas très pratique comme par exemple se trouver en face de deux murets l’un à côté de l’autre qui font la même taille et de pouvoir passer par dessus qu’un seul …

Et je finirais pas un dernier point qui me chagrine, le jeu propose la campagne en solo, des missions annexes en multi, mais pas de coop en local, impossible à un ami à côté de moi de prendre la manette et de me rejoindre directement, dans un jeu qui prime le travail d’équipe je pense qu’un mode local aurait été le bienvenue

05. août 2018 par admin
Catégories: jeu indépendant | Laisser un commentaire

Operation Flashpoint : Red River – Le test

Tout comme Socom Special Force ça fait un moment que Operation Flashpoint : Red River est à la maison, mais l’indisponibilité du psn à fait que je n’avais pas eu l’occasion de jouer en ligne. J’ai pus me rattraper depuis, donc il est temps pour moi de vous dire ce que je pense de ce jeu.

Bienvenue au Tadjikistan

Operation Flashpoint (OF) est sortis le 21 avril 2011 sur Ps3, Xbox 360 et PC. On doit ce jeu à Codemasters et c’est un fps/simulation, simulation car OF se veut le plus réaliste possible. On est donc un Marines, le chef d’une escouade de 3 personnes (donc 4 avec nous ), on est envoyé au Tadjikistan pour régler différents conflits causés par les rebelles sur places, puis au milieu du jeu les Chinois viennent aussi s’en mêlé, bah oui sinon ça serait trop simple Dès le départ on est mis dans l’ambiance par un officier supérieur qui nous cesse de répéter les 10 règles pour être un parfait soldat, si ça nous fait sourire au départ au boût d’un moment ça commence à être un peu lourd d’entendre toujours la même chose, mais bon comme j’ai bien aimé l’idée je vous met les règles qu’il faut donc suivre :

Règle n°1 : Évitez les balles

Règle n°2 : Tirez par rafales courtes

Règle n°3 : … suspens

Règle n°4 : Vérifiez le point d’impact

Règle n°5 : Soignez-vous

Règle n°6 : Gardez un chargeur plein

Règle n°7 : Dans le doute, repliez

Règle n°8 : Faites des tirs de suppression

Règle n°9 : Ecoutez les ordres

Règle n°10 : Méfiez-vous des espaces confinés

Vous êtes fin prêt soldat !

Scénario d’Operation Flashpoint : Red River

Donc le scénario s’étale sur une 10aine de missions, et il faut environ 1h-1h30 pour faire chaque missions, ce qui fait une très bonne durée de vie, malheureusement les décors étant peu variés on a l’impression de faire toujours la même chose. Bon en même temps le jeu se veut « réaliste » donc c’est surement normal qu’il y ait une sorte de monotonie dans la vie d’un soldat… d’ailleurs qu’est-ce qui fait que OF Red River est plus réaliste, plus simulation qu’un Call of Duty ou un Battlefield par exemple ? Tout d’abord dans OF, tout ce joue sur de la longue distance, ici pas de corps à corps, de toute façon on ne peut même pas faire de coup de couteau.

Les affrontements se passe habituellement aux alentours de 200 m l’un de l’autre, et des fois bien plus. Rajouté à ça le fait qu’ici il ne faut pas beaucoup de balles pour mourir, une balle perdu ou une balle qui rebondit contre une carcasse de voiture peut sacrément vous amocher, ce qui vous fera vous perdre de votre sang donc il faudra vous soigner (ou vous faire soigner) assez rapidement afin de ne pas tomber dans les pommes ce qui mettra un terme à la mission.

Afin de renforcer le côté simulation vous allez pouvoir donner des ordres à votre équipe, pour ce faire il suffit d’utiliser la roue d’ordre facile d’accès (sur ps3 : R2 + flèches directionnelles pour choisir l’ordre), et quand on appuis sur R2+L2 on a accès à tout ce qui est bombardement, mais ça on ne peut pas l’utiliser tout le temps. Il y a donc bien une bonne quinzaine d’ordre à donner ce qui permet d’appréhender de différentes manières chaque objectifs.

A la fin des missions on obtient des points qui permettent d’augmenter certaines compétences, mais personnellement je n’ai pas vu de gros changement.

01. juillet 2018 par admin
Catégories: jeu indépendant | Commentaires fermés

Raskulls

Catégorie bien trop rare sur Xbox 360, le jeu de plates-formes peut désormais compter sur un certain Raskulls, un titre à la croisée des genres et à l’ambiance bien particulière.


Arborant un look cartoon, des personnages loufoques et un scénario volontairement absurde, Raskulls ne se prend pas au sérieux, enchaînant les blagues potaches aussi vite que les niveaux. Malgré quelques fours, l’humour des développeurs de Halfbrick fait souvent mouche et nous permet surtout de plonger dans cet univers où la quête de pierres brillantes est prétexte pour nos drôles de personnages à divers affrontements sous la forme de courses à pied.

Jouabilité de Raskulls

Equipé d’un spectre, nous voilà ainsi plongé dans des parcours envahis de bloc de couleurs que l’on devra zapper pour libérer un chemin à emprunter rapidement avant que les blocs situés juste au dessus ne viennent recombler le passage et nous écraser. Si la mort n’a pas sa place dans cet univers enfantin, se faire ratatiner aura toutefois le mérite de nous immobiliser quelques instants, présentant un handicap certain dans ces courses où moins d’une seconde sépare généralement les concurrents. Et pour cause, le joueur en tête se tape souvent le sale boulot, à savoir créer le chemin que les poursuivants peuvent librement emprunter.

Histoire de corser les choses dans ces courses ne dépassant jamais 4 participants, différents bonus sont à récupérer pour prendre l’avantage, vous permettant notamment d’immobilier vos adversaires, de leur voler leurs bonus, ou tout simplement de creuser plus vite, une action que l’on pourra également réaliser grâce à la frénésie, l’équivalent d’un turbo. Disponible en remplissant une jauge à l’aide de bouteilles à récupérer en simplement en récupérant des orbes dans les blocs que l’on vient de détruire, cette frénésie joue un rôle déterminant dans le jeu, permettant de courir plus vite, ou encore d’effectuer des sauts plus importants pour atteindre la zone d’arrivée avant qu’un poursuivant ne zappe le fragile pont que l’on a emprunté en guise de raccourci. Là aussi, les niveaux sont conçus de manière à ce que chaque fraction de seconde ait son importance dans le classement, rien n’étant joué avant d’avoir réellement franchi la ligne d’arrivée.

Gameplay : la tête et les jambes

Avec un gameplay ultra simple, pour ne pas dire simpliste, et seulement trois chapitres pour terminer la quête principale, Raskulls peut se terminer très rapidement, avec une sensation de répétitivité prononcée. Heureusement, pour varier les plaisirs, Halfbrick a eu la bonne idée de partir du principe de zapping de bloc pour proposer divers défis qui nous changeront des courses. Après avoir fait carburer leurs gambettes les Raskulls devront alors faire tourner leurs méninges dans des épreuves de puzzle-game. La taille, la forme et la couleur des blocs deviennent alors des paramètres à prendre en compte pour espérer la victoire. Atteindre l’autre bout du niveau en utilisant un nombre limité de zaps, faire tomber des blocs pour leur donner une forme demandée en les fusionnant avec ceux d’une même couleur, ou encore sécuriser des objets fragiles en les faisant doucement tomber sont alors de nouveaux challenges qui donnent un second souffle au jeu, surtout pour les collectionneurs visant à débloquer tous les personnages disponibles.

N’échappant pas au mode multijoueur, Raskulls propose de s’affronter dans des séries de courses jusqu’à quatre joueurs (et seulement quatre), que ce soit en local ou en ligne. Fun à faible dose pour éviter la grande répétitivité des courses, ces championnats en ligne sont malheureusement bien rares, les sessions en ligne étant déjà particulièrement rares un mois après la sortie du soft. Vous l’aurez compris, pour profiter du jeu en ligne il faudra donc convaincre votre entourage d’investir 800 points dans le jeu, un tarif heureusement en deçà des désormais tristement habituels 1200.

CONCLUSION

Avec une prise en main immédiate et un humour potache qui arrive à faire mouche, Raskulls arrive à séduire petits comme grands. Fort d’un gameplay simple et de niveaux bien étudiés pour ne jamais laisser de joueurs sur la touche, le jeu d’Halfbrick arrive à se renouveler en proposant quelques énigmes qui viennent rompre avec la trop grande répétitivité des courses. Dommage toutefois que ces dernières soit déjà si rares en ligne.

25. mai 2018 par admin
Catégories: Non classé | Commentaires fermés

test du jeu Fable III -suite

Suite de notre test du jeu Fable III .

Une bonne plâtrée de monstre occis plus tard, il sera temps d’étoffer votre panel de compétences, et là : Révolution! Jadis les héros d’Albion parcouraient la campagne en quête d’expérience de mêlée, d’adresse ou de volonté. Maintenant qu’il y a moins de campagne, il y a… la Route du pouvoir ! C’est sur cette dernière que vous pourrez ouvrir les coffres vous servant de power-up. Force est d’ailleurs de constater que la progression dans fable 3 est plus dirigiste. En effet vous ne pourrez disposer de certaines compétences qu’après avoir dépassé certains « checkpoints » dans l’histoire principale. Cela dit, la montée en puissance est savamment dosée et on ne se retrouve jamais avec un héros gringalet incapable de remplir une mission.

A moi la retraite
bien méritée !

 

 

Gameplay de fable III

Mais pour ouvrir ces coffres, les quêtes seules ne suffiront pas. Comme dans une véritable révolution, il vous faudra le soutien du peuple. Puisque la notion de choix reste au centre du gameplay, il vous sera toujours possible d’interagir avec la plèbe de multiple façon. Pourtant il est devenu impossible de choisir l’expression que vous voulez utiliser. Vous aurez une expression positive, une négative et une ou deux autres plus contextuelles. Mais si vous voulez étreindre votre dulcinée et que le jeu affiche l’expression « danser », il ne sera pas possible d’ »étreindre » ou d’ »embrasser » et de même pour les expressions diaboliques. C’était louable de la part de Lionhead de vouloir simplifier l’interface, mais là, c’est trop simplifié. Un comble pour un jeu dont la thématique centrale est le choix !

Le mode multi propose
enfin une expérience
intéressante

Heureusement pour vous (et votre peuple !), l’aide d’un autre héros seras une option réellement envisageable pour mener a bien vos périlleuses missions ! Beaucoup de joueurs s’étaient plaints du mode deux joueurs brouillon de Fable 2, doté d’une caméra fixe des plus contraignantes et d’un acolyte anonyme. Qu’à cela ne tienne ! Peter Molyneux en a tenu compte pour nous pondre un vrai mode deux joueurs. Exit l’acolyte anonyme, place a un vrai héros: le vôtre. Exit la caméra fixe, chacun sa camera et chacun est libre de ses mouvements, même si cela peut engendrer quelques bugs a la sortie d’une map. Il est même désormais possible de se marier, d’avoir des enfants et d’engager un partenariat commercial avec les autres héros. En un mot comme en cent: une bien belle révolution !

Pari tenu ! La révolution est bien là. Les gars de Lionhead se sont bien creusés la tête pour rendre leur bébé bien plus mature et plus épique que ses prédécesseurs. Même si le jeu n’est pas exempt de défauts, il constitue un must-have pour toute vidéothèque Xbox qui se respecte. Chapeau bas Sire Molyneux !

15. avril 2018 par admin
Catégories: Non classé | Commentaires fermés

Scénario possible du FIFA 18 world cup d’EA Sport

Suite de notre chronique sur le futur FIFA 18 spécial coupe du monde

Gameplay FUT 18 world cup

Côté gameplay, c’est là que le constat est le moins clair. Avec plus d’une centaine d’améliorations promises, la plus grande majorité faisant dans la finesse, le titre se veut réellement meilleur que FIFA 18. Après quelques matchs joués contre le Champion du Monde en titre – Bruce Grannec, l’une des corrections qui nous a frappés et qui à coup sûr devrait ravir un grand nombre de joueurs, c’est la fâcheuse tendance du gardien à sortir un peu trop souvent de sa cage lorsqu’un attaquant s’avance seul face à lui, complètement absente de cette version.

Des corrections de bugs de FUT 18 , accompagnés par de nouveaux effets intronisés dans la franchise, comme par exemple la prise en compte de l’altitude du stade par rapport au niveau de la mer. Une fois correctement paramétrée, cet effet devrait avoir une influence sur l’endurance des joueurs, sur la résistance de l’air au contact de la balle ainsi que sur l’humidité de l’atmosphère, elle-même altérant la trajectoire de la balle. Cela peut paraitre un peu poussé, mais on nous promet que la véracité de ces propos pourra rapidement être testée dans une version avancée du titre

Enfin, coupe du monde en Russie oblige, les dix stades officiels de la compétition ont été modélisés pour l’occasion, certainement accompagnés au lancement du jeu par un certain nombre de stades nationaux. Au niveau des modes, on notera la présence de la Bataille des Nations, déjà exploité dans UEFA Euro 2016. Là aussi loin d’être une surprise, il permet néanmoins de disputer la totalité de la Coupe du Monde entièrement en ligne, désignant à l’issue de la compétition (fin juillet) la meilleure nation représentée sur le PSN. Bien entendu sans marché des transferts ni de crédits fut pas cher à se procurer rapidement. mais les bonnes choses reprendront dès le 1er octobre prochain, pour FIFA 19 !

Au final, FIFA 18 World Cup apporte son lot de nouveautés à la franchise FIFA. Si le côté visuel est massivement concerné par ces innovations, l’on nous assure que la jouabilité n’a pas été mise en reste. Ne resteront que la durée de vie du titre – forcément réduite dans cette catégorie – et son prix de lancement – bien souvent au même tarif ! – pour freiner les indécis. Gageons néanmoins que les innovations présentes dans cette seconde itération de l’année seront suffisantes pour débourser le lourd tarif de 70 euros. De notre côté, c’est tout ce que l’on souhaite !

 

 

20. mars 2018 par admin
Catégories: fifa | Commentaires fermés

Présentation du possible fifa 2018 world cup d’EA Sport

2018 est l’année du football à tous les niveaux et comme le veut la tradition lorsqu’une Coupe du Monde se dispute, une fois tous les quatre ans, EA Sports nous gratifie d’un jeu dédié à la compétition. Si l’annonce de FIFA 2018 World Cup n’est donc en rien une surprise, le titre répond néanmoins à une question que toute une communauté de joueurs se pose : quoi après FIFA 18 ? Un jeu gratuit ? (a free 2018 World Cup mode ?) Premiers éléments de réponse obtenus de la bouche du producteur du jeu, Simon Humber, lors d’un événement presse organisé au Stamford Bridge Stadium de Chelsea.


Fifa 2018 world cup

Seulement quelques mois nous séparent de l’événement footballistique de l’année, et l’engouement autour de cette Coupe du Monde 2018 en Russie se fait déjà sentir. A l’heure où le successeur post-mondial de Didier Deschamps en tant que sélectionneur des bleus reste inconnu, EA Sports vous propose de prendre sa place sans bouger de chez vous, directement depuis votre salon. Contrôlez la France ou n’importe laquelle des 199 équipes disponibles dans le jeu, et partez à la conquête du titre le plus convoité de tous les amateurs de foot. Par cotre plus question de marché des transferts et de vente crédits fifa 18 :  vous faites votre sélection et c’est tout ! 199 sélections, c’est plus encore que n’en reconnait la FIFA elle-même !

L’ambition des développeurs est claire : reprendre les éléments qui font la base de FIFA 18 et les améliorer pour les intégrer dans FIFA 2018 World Cup. Le discours de Humber laisse présager le meilleur, promettant des bonifications dans tous les domaines. Le premier d’entre eux est certainement l’aspect visuel, sur lequel il s’est longuement attardé durant sa présentation.

La franchise fait peau neuve ou presque, marquant une réelle progression depuis la sortie de FIFA 18. Les joueurs, dont Neymar a servi d’exemple (horrible dans le FUT 18, et ici saisissant de ressemblance), ont bénéficié d’une grande attention et ont l’air d’avoir subit une véritable opération chirurgicale virtuelle. Une cure de jouvence cependant uniquement appliquée aux joueurs star (l’on peut s’en douter), pendant que les moins connus souvent modélisés à la va-vite ont, nous dit-on, eux aussi pu profiter d’un soin particulier. Toujours est-il qu’une fois manette en main, les ralentis sont bien plus jolis à regarder, et l’effort appliqué sur les têtes de nos joueurs favoris est bien réel. Plus anecdotique pour certains, la pelouse, qui n’a pas été oubliée, elle aussi ayant l’air bien plus en forme dans cette version. Quoi de plus normal, puisque c’est ce qu’on voit le plus en cours de jeu. Encore une fois, la différence depuis FIFA 18 est bien notable. Les menus quant à eux sont modélisés aux couleurs de l’Afrique, dans un ton brun orangé plutôt séduisant.

L’ambiance d’une coupe du monde de foot

Mais là où FIFA 2018 World se démarque de ses concurrents et des autres titres de la franchise, c’est par son ambiance sonore. Le but est ici de restituer les émotions que l’on peut ressentir en tant que spectateur d’un match de Coupe du Monde dans un stade ou devant sa télévision.

Force est de constater que visuellement, une flopée d’éléments ont été repensés. Je pense notamment aux gros plans sur les supporters durant les arrêts de jeu (heureux ou non selon le score), coiffés et maquillés aux couleurs de leur équipe ; aux cotillons et aux feux d’artifices lancés avant et après les matchs ; et enfin aux champs du public. Le second est directement visible sur le terrain, dont les extrémités sont pour la plupart recouvertes de restes de confettis. Pour le reste, les récentes images mises en ligne par Electronic Arts nous en donnent un aperçu concret.

Notez également que chaque sélection dispose de son propre hymne et de son propre sélectionneur, fraichement modélisé pour l’occasion, et de meilleure façon que dans UEFA Euro 2016 ! Malgré nos veines tentatives, nous n’avons cependant pas eu l’occasion d’admirer le nôtre… Peut-être n’a-t-il pas – à nouveau – souhaité se faire huer par ses propres supporters ?

13. février 2018 par admin
Catégories: fifa | Commentaires fermés

Test Rayman 3D sur Nintendo 3DS

Aujourd’hui et après avoir terminé Rayman 3D sur Nintendo 3DS, je peux maintenant vous proposer le test de ce jeu. C’est le 1er jeu que j’ai lancé après avoir eu ma Nintendo 3DS et je n’ai pas été très déçu, malgré que d’autres sites lui donnaient des notes moyennes. Mais ayant tout particulièrement apprécié Rayman 2 (car ce Rayman 3D est un portage de Rayman 2), il était pour moi naturel de le prendre à sa sortie.

Éditeur : Ubisoft

Développeur : Ubisoft

Genre : Plates-formes

Avis sur Rayman 3D Nintendo

Le point faible du jeu, c’est très certainement le portage effectué sans aucune modification du gameplay (sauf l’ajout de la 3D), ce qui peut-être un point négatif car aucun rajout c’est quand même dommage…

Graphismes Rayman 3D

Sur ce point je dois dire que je suis satisfait. C’est vrai qu’un petit « re-upscaling » n’aurait pas fait de mal au jeu mais l’ajout de la 3D vient combler ce petit problème et l’effet de profondeur comme de relief est vraiment prenant, et vous auriez presque l’impression d’être immergé dans le jeu. Ce n’était que mes premières expériences en 3D, mais la découverte a été plaisante.

15/20

Jouabilité Rayman 3D

Une fois de plus Ubisoft gagne des points car jouer sur 3DS à Rayman est tout simplement un vrai bonheur. Le joystick permet de bien contrôler et diriger Rayman dans tous les sens, ainsi que les deux gâchettes qui ne sont pas de refus pour régler par moment la caméra (qui est pour moi le plus gros point noir du jeu, car à plusieurs reprises vous perdez de vue votre personnage, ou bien encore lors d’un saut la caméra se tourne ce qui peut très vite devenir agaçant).

15/20

Bande son Rayman 3D

Portage jusqu’au bout puisqu’il n’y pas de nouveaux titres sur lesquels jouer… Pas très entrainant, et le haut parleur étant plutôt faible, on oublie rapidement la musique.

12/20

Durée de vie Rayman 3D

Je viens de finir le jeu, et il m’aura fallu 12 heures et 34 minutes ! Pas trop court pour un jeu portable mais suffisant. A certains moments, j’ai été bloqué (à deux ou trois reprises) dans le jeu car je ne savais pas vraiment où aller, et d’après ce que j’ai vu sur internet, ce serait pourtant le Rayman le plus facile de tous. Ils n’ont pas vraiment tort, car tout le reste se fait presque en continu sans s’arrêter. Autant il peut y avoir des niveaux plutôt longs, ou bien des très courts. Encore une fois quelques niveaux supplémentaires pour ce portage de Rayman 2 sur Nintendo 3DS n’aurait pas été de refus…

14/20

Scénario

Le scénario est simple mais tient la route (et c’est le principal). Peu de chose à rajouter mis à part pour dire que les niveaux s’enchainent tous en suivant l’histoire durant tout le long du jeu. Le but du jeu est basique : il faut empêcher une invasion de robots qui veulent conquérir le monde.

14/20


Au final…

Au final, Rayman 3D est un bon jeu qui vous fera certainement passer de bonnes heures devant votre console mais au dessus de ça pas grand chose à se mettre sous la dent. Si vous êtes fan de Rayman n’hésitez pas mais, par contre si vous hésitez je vous conseille de vous diriger vers un autre jeu, car Rayman en plaira pas à tout le monde (sauf peut-être les fans des jeux de plates-formes). Le point faible du jeu, c’est sa caméra qui peut devenir très agaçante, sans oublier qu’il n’y a rien de plus sauf la 3D dans ce portage de Rayman 2. Quelques niveaux supplémentaires auraient vraiment été appréciés, mais Rayman 3DS reste un jeu correct.

 

03. janvier 2018 par admin
Catégories: Non classé | Commentaires fermés

Avis sur le jeu Punch-Out Wii : à l’épreuve de la gueule de bois

« Bodega ! Bodega ! » me lancèrent mes potes. Pour les noobs en espagnol, cela veut dire « ce soir, on mange liquide ! » Et qui dit soirée arrosée dit forcément lendemain qui pique. Bien groggy mais pas assez K.-O pour ne pas geeker un coup, j’allume la Wii et je lance Punch Out Wii !! La bouche pâteuse et les yeux gonflés, je deviens le boxeur Little Mac « Serre-dent » le temps de quelques rounds. Ah, la cloche a sonné… Round 1, Fight !

Eh mec, t’as toujours l’œil du tigre ?


Punch-Out Wii

Partant du principe que c’est dans les vieux gants qu’on fait les meilleurs boxeurs, la recette n’a pas changé : mêmes boxeurs et mêmes coups que dans les épisodes NES et SNES, même plaisir aussi.

Début de carrière tranquille, j’enchaîne les combats : Glass Joe, Von Kaiser, Disco Kid. Ah ! Du menu fretin ! Je reste sur les fondamentaux : crochet du gauche, direct du droit, uppercut, pif, paf, pouf, les rounds s’enchaînent et moi, je me sens revivre. Mes adversaires distillent les coups en vin, pardon en vain – des relents de la veille. « Reste vigilant Serre-dent, l’œil du tigre, l’œil du tigre. » Observer l’adversaire, analyser ses coups, sa technique, ses moindres gestes pour mieux le renvoyer dans les cordes : voilà l’esprit du jeu. Et les premières complications arrivent : Great Tiger, un fakir. Merde, je vois double, triple. Saleté de houblon. Je prends tous ses coups, je tombe, je me relève, je tombe, je me relève, je tombe, K.-O. Mon entraîneur aux tablettes de chocolat fondues me remotive et me file deux trois astuces aussi. Pratique. Oh, je pourrais aussi aller faire un tour à la salle d’entraînement.

Être invincible pour apprendre les ruses de l’adversaire, mfff ! pardon pff ! un truc pour les mous du gant. Fier dans la branlée, je remonte sur le ring sans relâche et je finis par renvoyer ce fakir dans les clous. A la sueur de mon front, je continue mon ascension vers le titre suprême, Aran Ryan, Soda Popinsky (tiens, lui a arrêté l’alcool), Super Macho Man, et enfin le combat ultime contre Mr Dream. Lui aussi m’aura donné du fil à retordre et je commence à douter, je tombe, j’ai des bleus partout, mes yeux sont rouges, le rêve tourne au cauchemar. Pas moyen de le mettre au tapis, je me dis qu’il doit y avoir un coup secret, faut peut-être lui arracher un bout d’oreille ? Non, un simple clin d’œil en fait et boum va te coucher Mr Dream. Victoire ! Champion du monde !  ADRIENNE !!!!

Et vous reprendrez bien un Ti’punch ?

Porté par la victoire, je jubile, me voilà au panthéon de la boxe. Ouais, sauf que je dégrise vite, ou presque. Pas le temps de savourer le titre, les mecs veulent leur revanche, va falloir le défendre ce titre. Ils reviennent tous, plus forts, plus fourbes, plus techniques. Ah, les lourds ! Si la conquête du titre ne fut pas qu’une partie de plaisir, le défendre sera encore plus rude. Tout oublier pour tout réapprendre. Honnêtement faut en vouloir… ou avoir trop bu la veille. Histoire de finir la carrière en beauté, faut se cogner trois adversaires de suite sans perdre ! Si t’es tenté par l’aventure, j’espère pour toi que t’es aussi fort que King Kong…

Arrivé au bout de mes peines, je jette un oeil au mode défi, car ouais, à chaque fois que tu as battu un adversaire, on te propose de le combattre à nouveau en réalisant des défis qui te permettront souvent de le mettre au tapis… en un coup. C’est l’instant « Ah ! Bordel, si j’avais su ! » pour toi qui en as bavé toute ta carrière.

Punch Out Wii !! est un jeu à ranger dans la catégorie poids lourd. C’est fun, grisant, drôle, parfois abusé mais on s’acharne dessus. On finit fatigués, vidés, détruits. On sait que c’est abusé mais on en redemande tellement c’est bon. C’est un peu comme entre deux soirées arrosées avec des potes : on pose la manette comme on prend un doliprane, pour être sûr de revenir en pleine forme.

 

12. décembre 2017 par admin
Catégories: jeu indépendant | Commentaires fermés

test du jeu Fable III

Oyez, oyez voyageur de tout horizon! L’Albion a besoin de vous! Son roi opprime le peuple et c’est à vous de changer la donne. Aiguisez vos lames, chargez vos pistolets, préparez vos sorts, la Révolution commence !


Le roi Logan, dans toute
sa tyrannique splendeur !

Peter Molyneux ne nous a pas menti, oubliez tout ce que vous avez pu connaître. Fable 3 compte bien faire table rase du passé pour instaurer une foule de nouveautés et nous faire vivre une nouvelle expérience beaucoup plus intuitive, riche mais aussi plus sombre. Notre histoire débute 50 ans après fable 2, dans une époque sombre où le roi Logan, gouverne le pays d’une main de fer. Oppression, esclavagisme, criminalité règnent en maître dans les rues de Bowerstone et dans l’Albion tout entier. Les tours des industries Reaver vomissent leurs fumées âcres dans le ciel quand vous vous éveillez au doux son de voix de votre majordome : Jasper. Le temps de choisir vos vêtements et hop, il est temps de commencer une première quête, histoire de vous familiariser avec les commandes d’interaction sociale. Ici, plus question de roue ni de menu, tout se fait avec le bouton A pour les expressions positives et X pour les expressions négatives. Après un choix cornélien imposé par votre royal frère et un entrainement au combat, il sera temps de partir. Accompagné de votre maitre d’arme et de Jasper, vous vous enfuirez du château pour entamer cette révolution qui vous mènera, à terme, sur le trône !

 

Certains lieux nous
rappellent que le
temps passe…

Après quelques heures de jeu, vous pourrez même revoir les coins de verdure chers a ce magnifique royaume. Magnifique ? Pas tant que ça ! Même si l’Albion reste splendide à regarder, on voit bien que les gars de Lionhead ont réutilisé le moteur graphique de Fable 2. Là où le bât blesse par rapport à ce dernier, c’est que, vu que les maps sont beaucoup plus grandes et plus peuplées, on assiste à pas mal de clipping en particulier dans les quartiers de Bowerstone. Même si cela n’a rien de gênant, on aurait apprécié que l’équipe de développement corrige le tir après Fable 2 où le clipping était déjà présent. Le style visuel est aussi plus sombre avec une palette de couleur plus terne. Le tout nous fait vraiment ressentir que le temps a passé et que les temps sont durs.

 

Vos armes seront
rangées sur des statues
tout comme vos guns et
vos sorts

Si la révolution n’est pas visuelle, au moins pointe-t-elle le bout de son nez dans l’interface de fable III . Voilà le sujet qui apporte une véritable révolution ! En effet, plus de menu ! Tout se gère depuis votre sanctuaire. Un endroit totalement dédié a votre héroïque personne où vous pourrez changez d’armes, de vêtements (commentaire so english de Jasper en prime !), gérer votre fortune ainsi que les téléportations grâce à une table représentant l’Albion dans une version stylisée. Un mot sur cette fameuse table: grâce à elle vous pourrez acheter des commerces et en affecter les prix, des maisons, en gérer le loyer, les vendre, faire tout ce qui était déjà possible dans Fable 2 mais sans avoir à vous déplacer jusque là ! Par contre ne cherchez pas à vous repérer sur les cartes de la table ! Comme dit plus haut ce n’est qu’une version stylisée d’Albion, de plus, il n’y a aucun curseur vous représentant dessus! Si vous cherchez à vous rendre a un point précis, tracez la carte vous-même où vous serez perdu avant d’avoir décapité une balverine !

à suivre …

02. novembre 2017 par admin
Catégories: MMO | Commentaires fermés

Avis sur la sortie de FIFA 18 – fin

FIFA 18 : un peu de personnalité +

On continue notre analyse sur le nouveau FIFA 18 en abordant maintenant l’option Personnalité +.

En quoi cela consiste au juste ?

Et bien désormais les joueurs les plus doués sont dotés de différents attributs, fidèles à la réalité. Un joueur possédant l’aptitude tireur de loin sera capable de balancer de lourds missiles hors de la surface de réparation, tandis qu’un joueur bénéficiant de menace aérienne sera d’une redoutable efficacité avec son jeu de tête. Ainsi, Messi aura une conduite de balle impeccable grâce à ses petits pas tandis que Zlatan Ibrahimovich aura une frappe de balle monstrueuse. Jamais les joueurs virtuels n’ont été aussi proches des footballeurs réels et jamais ils n’ont été si abordables en terme de crédits FUT : 300 000 crédits FIFA PS4 pour Ronaldo, 250 000 crédits FIFA 18 pour Neymar, 260 000 crédits FIFA pour Mbappéetc. . D’ailleurs, puisque nous parlons du réalisme, on se rend compte que les duels se veulent plus réalistes qu’auparavant au niveau de la gestuelle. Les épaules contre épaules sont plus crédibles dans ce FIFA 18 car ils ont été travaillé au pixel près, tout comme les prises de balle des gardiens : c’est visible surtout sur FIFA 18 PS4 . Le jeu aérien a lui aussi été retravaillé, en vous plaçant correctement à la retombée du ballon vous pourrez marquer fréquemment, sans que votre balle ne parte dans des directions bien étranges, à moins bien sûr que le défenseur soit lui aussi placé correctement. Le mouvement fait par le joueur est aussi plus fidèle à la réalité.

Gameplay FIFA Ultimate Team 18

Quant au jeu en lui-même, il évolue grâce au Pro Passing. Ce système permettant à EA Sports de rendre les passes moins automatiques qu’auparavant. Ainsi vous devrez bien ajuster la direction de votre passe mais surtout la puissance de celle-ci. Il vous est d’ailleurs recommandé de contrôler avant de passer si vous ne voulez pas voir votre ballon intercepter par l’adversaire. Malheureusement, cela fera certainement rager les joueurs les moins patients qui auront du mal à aligner trois passes. Alors oui, nous gagnons en réalisme, mais nous perdons en beau jeu, il est en fait très dur de produire du jeu à une touche de balle à moins d’avoir sous le coude les meilleurs joueurs du monde… ou l’équipe de Barcelone. Mais rassurez-vous, de multiples réglages de commandes sont possibles de façon à convenir aussi bien aux novices, avec une gestion des passes et centres plus automatisée, qu’aux accrocs du challenge qui pourront régler le tout sur manuel.

Mais ce n’est pas la seule nouveauté soulevant quelques critiques, venons en maintenant aux tirs au but. Si vous avez pu jouer à Coupe du Monde de la FIFA 14 ou FIFA 10 , vous savez à quoi vous attendre. A l’accoutumée nous avions une barre de tir identique à celle présente en plein match, c’est désormais révolu. Pour les pénaltys, nous avons une toute nouvelle jauge, avec une cible allant de gauche à droite. Vous devez appuyer au bon moment afin de réaliser un tir correct, la durée de votre pression correspondant à la puissance de votre frappe, tandis qu’entre le moment de la pression et celui du tir, vous ajustez la direction. Très déroutant, il vous faudra quelques séances d’entrainement avant de bien maitriser ce nouveau système qui ne réunira surement pas les joueurs. Certains vont sans doute adorer tandis que d’autres seront nostalgiques de la simplicité du système précédent.

You’ll Never Walk Alone

Du côté de la réalisation, même si cela reste très proche de ce que vous connaissez, c’est tout de même impeccable. La gestuelle des joueurs n’a jamais été aussi réaliste, les visages des stars sont toujours aussi bien modélisés et en y regardant de plus près, vous vous rendrez compte de la modélisation très réussie de certains joueurs de seconde zone bien que l’ensemble reste toutefois un cran en dessous de PES 18 ou de PES 15 . Mais on le sait, l’éternel problème des jeux de foot c’est la piètre qualité des commentaires. FIFA 18 nous propose une nouvelle fois le même duo de commentateurs, à savoir Hervé Mathoux et Franck Sauzée, qui ne semble pas avoir revu son répertoire. Heureusement que l’ambiance au sein du stade est plus que convaincante, d’autant que maintenant, vous avez la possibilité d’utiliser vos propres chants de supporters, comme le mythique You’ll Never Walk Alone des Reds de Liverpool afin de coller encore un peu plus à la réalité. A moins que vous ne préfériez célébrer vos buts sur le dernier son electro du moment. Pour cela, il vous suffira simplement d’installer vos fichiers au format mp3 sur le disque dur de votre console, et de choisir quel son lier à telle action.

Conclusion sur FUT 18

Vous l’aurez compris, FIFA 18 n’est pas une révolution, au contraire, cette édition est dans la droite lignée des précédentes. Certes EA Sports apporte pas mal de nouveautés, mais le fond du jeu reste le même et ce pour notre plus grand plaisir, même si certains pesteront qu’il ne s’agit que d’une simple mise à jour. On regrette tout de même que certaines de ces nouveautés soient à double tranchant comme le Pro Passing ou la nouvelle gestion des tirs au but.

Note finale
9 / 10

Cela devient une habitude, Electronic Arts rend une copie presque parfaite. Cette nouvelle mouture présente un système de jeu toujours aussi plaisant et des modes prenants qui vous tiendront éveillés pendant de nombreuses heures. Le fait de pouvoir incarner le gardien apporte une nouvelle dimension au titre et les footeux apprécieront de pouvoir créer leur propre club ou leur joueur et de les confronter aux joueurs du monde entier grâce au FUT online. Attention tout de même à ne pas trop vouloir effacer la frontière entre le réel et virtuel, au risque de diminuer le plaisir du joueur par un surplus de réalisme. En tout cas, FIFA 18 devrait combler tous les joueurs à la recherche d’une simulation digne de ce nom.

On a aimé

Une simulation pointue
Une ambiance incomparable
Pouvoir être gardien

On n’a pas aimé

Les tirs au but peu faciles d’accès
Un système de passe peut-être trop poussé
Des commentateurs lassants

 

 

18. septembre 2017 par admin
Catégories: fifa | 3 commentaires

← Articles plus anciens