le phénomène med-fan dans les jeux vidéos

Ciné, BD…l’univers fantasy (ou « med-fan ») ne s’est jamais si bien porté. Le jeu vidéo ne fait pas exception à la règle. Il se trouve même souvent à l’avant-garde. Mêler guerriers en armure, monstres hideux et pouvoirs magiques, a t-on trouvé de meilleurs ingrédients pour se divertir ? Les MMO ont pris le pouvoir…

Des jeux incontournables

Zelda, Ultima Diablo, Heros of might and Magic, EverQuest, Heretic, Dungeon Keeper, wow gold , The Elder Scrolls, parmi tant d’autres ont marqué les joueurs de plusieurs générations, en allant du jeu de rôle à la gestion, en passant par la stratégie et l’action. Parmi tous citons-en trois récents :
- Dragon Age 2 (sorti en 2009 par BioWare et célébré par la critique comme le digne successeur de Baldur’s gate. Le deuxième volet s’annonce comme un must
- Les Sims médiéval ( les fans de la série vont être étonnés : plutôt qu’un nouvel épisode voici un spin-off du jeu de simulation de vie. cette fois-ci vous allez devoir gérer votre héros et son territoire mais aussi rempli des missions)
- Hunted, the demon’s forge ( au pragramme de la graosse baston non-stop en coopération. Incarnez le guerrier ou la chasseresse pour éliminer vos ennemis dans un monde dark fantasy bien délabré. Combos, pouvoirs et gros boss : tous les ingrédients du beat’em all sont là)

les origines du genre

Le « med-fan » a connu ses premiers gros succès sur bornes d’arcades. on se rappelle notamment deux titres mythiques, Ghosts ‘n’ Goblins, avec le chevalier Arthur, et Gauntlet, l’un des tout premiers jeux à la progression aléatoire dans les niveaux. Dans les deux cas, on y trouve un univers ultra-classique, qu’il s’agisse des monstres, des classes de personnages ou du scénario. Il n’y a pas de surprises, les développeurs s’inspirent des canons de la littérature fantastique pouir créer leur jeu, au premier rang desquels on retrouve évidemment l’Anglais .R.R. Tolkien et l’Américain Robert E; Howard (Conan)

des mondes pas si oubliés que ça

ces deux auteurs du milieu du XXe siècle ont développé des univers, inspirés des légendes nordiques et celtiques, qui ont façonné la fantasy moderne. les barbares vêtus de peau d’ours, les gobelins, les elfes, la magie, les sorciers maléfiques ou les trolls, c’est d’eux ! Par la suite de nombreux autres univers ont été calqués sur les leurs avant d’être adaptés en jeux vidéos. Donjons et dragons, Warhammer, notamment en sont les exemples les plus frappants. ils   med-fanont tellement marqué le genre que les développeurs de jeux vidéo ont clairement du mal à sortir de la route qu’ils ont tracée… Pour le plus grand bonheur des amateurs. Longtemps confinée à un marché de niches, la fantasy s’est ouverte au grand public par l’intermédiaire de grosses productions hollywoodiennes au cinéma mais aussi de jeux vidéo parfaitement exécutés.

En 1998, BioWare dévoile Baldur’s gate, dont l’action se déroule dans les royaumes oubliés de Donjons et dragons. Dans ce jeu de rôle pur jus vous incarnez un héros qui doit s’entourer d’un groupe d’aventuriers et explorez une carte gigantesque pour mener vos quêtes. le titre est un énorme succès, de même que ses différents add-ons et sa suite. Il ouvrira la voie à celui qui changera l’industrie vidéo-ludique pour toujours :  Wow, World of warcraft sorti en 2004.

Un genre toujours en évolution avec WoW

Aujourd’hui ce sont plus de douze millions de joueurs qui écument les serveurs des MMORPG (« massive multiplayer online role playing game ») et d’innombrables jeux surfent avec plus ou moins de réussite sur la vague du massivement multi-joueur. Là encore tous les archétypes du genre sont respectés : lutte perpétuelle entre le Bien et le mal, omniprésence de la magie, des elfes, des nains, des orcs, des morts-vivants… Après trois extensions de gold for WoW (voir : www.protein-gold.com ), de nouvelles races sont apparues et l’univers est plus travaillé et original. C’est la que la fantasy donne tout son potentiel. Si rien ne ressemble plus à un jeu de course qu’un autre jeu de course, ce n’est pas le cas dans le médiéval-fantastique. Sans d’autres limites que l’imagination les développeurs peuvent créer des univers toujours plus profonds qui se démarquent du reste de la production. Autour d’un tronc commun les possiblités d’volution sont telles que le genre est aujourd’hui probablement l’un des plus riches de l’industrie du game.

3 comments

  1. Run dit :

    Thanks for these chronicle : I’m a gamer of runescape (you know this games with runes and cows…). blog interesting for me

  2. Ninja gamer dit :

    this is the game of the year. and this species is not apparently found anywhere else in the river. preferring to use my Xena disk lock as an additional deterrent.?

  3. Annie dit :

    Cette lecture m a semble trop courte, je vous remercie pour le bon moment passe avec vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*