Archive for 16 septembre 2015

FIFA 16 : des matchs MILAN – Barcelone grâce aux crédits fifa

Alors que viens de sortir la nouvelle série du jeu FIFA  (fifa 16) et que les fans et gamers rendent comptent de leurs premières impressions (la ligue féminine dans FIFA 16 ? les bugs de FUT  ont-ils été corrigés ? Et le marché des transferts est-il un peu plus libre ? A savoir allons-nous pouvoir enfin acheter des crédits fut 16 pas cher pour prendre plaisir à ce jeu qui, n’en déplaise à certains, n’est bon que parce qu’on peut se créer ses équipes de réves avec des Messi, Ronaldo, Pastore, Suarez ou Pogba… beaucoup de gamers et en particulier les fans de foot avaient abandonné fifa 15 à partir de la mise à jour de Mars 2015, si EA veut les retrouver il va falloir libérer le marché des transferts afin que cette réelle possibilité de l’achat de crédits fifa 16 fut puisse reprendre.

Mais comme on a décidé d’attendre et de laisser passer la masse on va vous faire revivre un de ces matchs FIFA de légende : Milan – Barcelone à l’époque des Kaka, Ronaldhino et bien sur Messi … Nous sommes dans les années 2000 :

le FC Barcelone, suite à sa victoire contre le Milan AC à San Siro (et non Giuseppe Meazza comme le signalait TF1) vient de réaliser un exploit dont seuls les vainqueurs d’une grande compétition peuvent se targuer.


Le Milan AC n’a jamais perdu une demi-finale de Ligue des Champions dans son histoire, vient de marquer 13 buts à San Siro (en 5 matches de LC) et restait tout simplement et bonnement invaincu sur sa pelouse entre la Serie A et la LC durant la saison en cours. E-sport

Nous soulignons donc la performance catalane et nous inclinons devant tant de touchés (au sens propre et figuré). Effectivement, le ballon semblait, à certains moments, insaisissable pour des milanais désabusés, kidnappés de leur habituelle baraka des 15 dernières minutes.

Rijkaard a ressorti le verrou employé contre Chelsea, avec deux milieux défensifs (Edmilson, Iniesta : toujours au top dans fifa 16) derrière Ronaldinho. Marquez de retour aux côtés de Puyol, afin d’assurer enfin une assurance défensive tous risques qui ne laissa filtrer qu’un Gilardino en manque de réussite en début de partie. Décidément, le hollandais sait dorénavant user de tactique lorsqu’il s’agit d’affronter des adversaires doués dans ce registre : voir ses machs contre l’équipe de france allezfrance

Kaka, surveillé étroitement par Edmilson a réussi néanmoins, grâce à son explosivité facile, à dépasser son compatriote et compère Chrétien de temps à autre, mais ses efforts butèrent soit sur le manque de jus de ses coéquipiers (Gilardino, Ambrosini), soit sur les coups de sifflet d’un Alain Sars atteint par la Collinite soit encore sur les cuisses de Puyol (qui, s’il avait porté le maillot de Chelsea aurait facilement pris un rouge) ou l’inaction de Messi (maintenant n°1 incontesté sur FUT 16).

Pirlo, semblait englué dans le rond central et son influence d’habitude clé dans le dispositif d’Ancelotti fut particulièrement maîtrisée par un excellent Iniesta. Clarence semblait s’être trompé entre ses crampons et ses patins et ne parvenait point à utiliser de sa percussion. La vitesse de Serginho ou d’Ibrahimovic , contenue par un Speedy Gonzalez Giuly qui se souvenait d’un beau match de Coupe d’Europe avec l’OL dans ce même stade où lui et Caveglia marquèrent chacun un but afin de battre l’Inter de Ronaldo et Youri en 1/16ème de finale de la Coupe UEFA.

Ce qui arriva souvent cette année face à ce Barça là, se confirma encore hier soir, un match équilibré, des occasions de part et d’autre, un Ronaldinho qui rate beaucoup de passes et d’ailes de pigeon, puis, soudain, une prise de balle, un petit repiquage vers le centre, un éclair d’appel de balle et l’intérieur du pied magique du gamin qui n’a jamais grandi fait le reste, cette sempiternelle ouverture transperçant les défenses européennes et espagnoles. Evidemment nous n’enlèverons pas le crédit à Ludo, qui, d’une splendide volée décroisée conclut l’offrande. Dida constate, Berlusconi pleure encore un peu plus.

Les tifosis milanais pleureront aussi sûrement l’absence de l’homme en forme du moment. Un poison tel que Pippo aurait sûrement éreinté Puyol…mais Deco, Messi , Larsson furent tout autant d’absences du côté de Barcelone.

Les rossoneri sont donc condamnés au même exploit que les Blues de Londres dans l’antre ensorcelée du Camp Nou. En 2004, Shevchenko avait su faire peur aux catalans en inscrivant le 0-1 lors d’une confrontation en match de poule (Novembre 2004), mais la suite fut corrigée par le crochet instantané suivi de la frappe du gauche de Ronaldinho, 2-1 pour le Barça.

Contrairement au Milan AC, le Barça lui, s’est déjà incliné au Camp Nou cette saison et le bourreau fut le jeune Fernando Torres de l’Atletico Madrid. Les circonstances seront bien différentes pour les Milanais, mais l’exploit est possible, probable. Il est vrai pourtant, qu’au seuil européen, même la ruse de José Mourinho est venu se fracasser contre un dispositif tactique surprenant pour une équipe autant portée vers l’offensive. Frank est d’ores et déjà paré à accueillir les tentatives italiennes et a largement appris de la naïveté et des erreurs défensives de la saison précédente

Enfin, ce match aura réussi à accentuer le contraste, la différence de styles, entre les deux « playmakers » de la Seleçao de Parreira, des jonglages élastiques de Ronaldinho, à la conduite de balle sobre de Kaka. Mon premier gagna le premier opus, mon deuxième est peut-être encore un peu trop jeune pour ce genre de défi ?

Je ne sais pas qui battra le Barça, surtout celui d’hier soir ou encore celui aligné contre Chelsea, malgré cela je reste sur ma conviction subjective, le Barça ne sera pas Champion d’Europe.

De bien belles parties à jouer sur FIFA 16, pour peu qu’on nous laisse constituer des équipes de rêve avec l’achat de crédits fifa sinon on ira sur PES 16…