admin

Avis sur le jeu R.U.S.E.

Si l’idée de sortir un nouveau STR dans le contexte de la seconde guerre mondiale peut paraître aussi dépaysant qu’une dinde à un repas de Noël, Ubisoft et les créateurs d’Act of War, Eugen System ont pourtant lancés le projet R.U.S.E sans trembler des genoux. Comptant bien s’imposer comme référence en la matière, ce jeu de macro-stratégie propose en effet une toute nouvelle dimension tactique où vous deviendrez le Tartuffe des chefs de guerres.

Histoire et Gameplay de R.U.S.E

La campagne de R.U.S.E vous met dans la peau de Joe Sheridan, un officier de l’US Army à la recherche d’un espion connu sous le nom de Prometheus, tout en faisant face aux assauts du Général Von Richter de l’armée allemande. Le scénario vous plonge donc dans l’univers des officiers de hauts rangs avec ses moments d’espoirs et de gloires, mais aussi de défaites et de désillusions. Des moments forts retranscrits à travers de nombreuses cinématiques à la réalisation très soignée sur la forme. Dans le fond, les cut-scenes deviendront malheureusement très vite un supplice à regarder. A la hauteur d’un épisode de JAG, les personnages manquent cruellement de charisme jusqu’à en devenir agaçant, avec des répliques à la frontière grotesque, des réactions stéréotypées et un doublage ridicule. Si on ajoute à cela un scénario aussi prévisible qu’insipide, on notera dès les premières minutes que R.U.S.E ne gagnera pas ses gallons dans la catégorie background, l’aspect le plus raté du titre. Une torture infligée jusqu’au dénouement de la campagne puisque vous ne pourrez tout simplement pas zapper les cinématiques qui viendront s’imposer lourdement avant, pendant et après votre mission.

Pourtant, la seule chose que l’on souhaite dans R.U.S.E , c’est faire ses preuves sur le champ de bataille, décimer les troupes ennemis lentement mais sûrement et venir à bout de son adversaire en bonne et due forme. Pour exploiter toutes les possibilités stratégiques de R.U.S.E, il faudra passer impérativement par le mode campagne qui dissimule en fait un énorme didacticiel réparti sur 23 missions. Petit à petit, le mode solo dévoile un gameplay aussi accessible qu’il est subtil et complexe. Vous apprendrez comme dans tout STR qui se respecte à gérer vos troupes, construire des bâtiments et ramasser de l’or, mais aussi et surtout à utiliser des subterfuges, les fameuses ruses. En effet, une victoire à R.U.S.E ne se gagne pas par la supériorité numérique ou la vitesse de votre clic, votre atout majeur c’est tout logiquement vos neurones qui devront s’agiter pour pondre un schéma tactique digne d’un grand général. Tout d’abord, sachez que la notion de brouillard de guerre est inexistante dans R.U.S.E, toute la carte est alors dévoilée dès le début du conflit et elle vous indique également les positions ennemis.

Grâce à un zoom techniquement irréprochable, vous pourrez aussi bien voir partir les missiles de vos canons anti-chars que de schématiser l’ensemble du champ de bataille qui représentera les unités sous forme de jetons. Bien que vous voyez en permanence la position de l’ennemi, vous ne pouvez par contre pas trop savoir quel genre d’unité se cache sous les jetons rouges. On sait que les gros représentent des unités lourdes comme des tanks et les petits des unités légères comme des soldats de l’infanterie. Chaque unité ayant son talon d’Achille, il est donc bon de savoir à l’avance ce qui vous arrive sur la tronche, par exemple il sera impossible de faire le moindre dégât à un char avec l’infanterie, si vous n’avez pas sorti vos canons anti-char, c’est la mort assurée pour vos soldats.