admin

Test de The Legend of Princess

Réalisé par l’auteur de la saga Noitu Love : Joakim Sandberg alias Konjak, pour son dernier titre « The Legend of Princess » s’est grandement inspiré du personnage Link de la saga Zelda de Nintendo. Mais le gameplay, très orienté plate-forme/réflexion fait toute la différence parmi la panoplie de clones de jeux retraçant les aventures de l’elfe à la tenue verte déjà existante.

The Legend of Princess : Un Gameplay très original

Très orienté plate-forme/action, The Legend of Princess de Zelda offre malgré tout ce qu’il faut de réflexion, et une dose quasi-parfaite de mini énigmes à résoudre pour en faire une recette inoubliable. Peu répétitif grâce à ses épreuves variées, et ses nombreux ennemis différents ayant chacun leurs spécificités, The Legend Princess est digne d’une production de talent du début des années 90. D’ailleurs, ses graphismes rappellent cette époque, mais avec une animation bien plus fluide, et une gestion des sauts très adaptée.

Dès le début de la partie, il nous faudra choisir plusieurs armes et items qui changeront radicalement la façon de jouer, et bien entendu la difficulté. Si le boomerang (une fois lancé, il revient sans cesse tant qu’on l’évite) et la plume (identique à la saga Zelda, nous permet de faire un double saut très efficace !) offrent un jeu à la difficulté très correcte, cela se corsera davantage si on choisit l’arc (avec son temps de latence et son tir radicalement droit) ou même le grappin (le double saut est tellement plus pratique !). Cette gestion originale de la difficulté permet à la fois de sélectionner son niveau et à la fois « réapprendre » une nouvelle façon de jouer à The Legend of Princess.

L’autre point fort du titre, est le charisme de ses « boss » de fin de niveau. Chacun ayant ses propres points faibles à découvrir en tatonnant, et un design vraiment réussi pour certains (le reflet de l’eau est un des premiers boss que vous aurez à affronter).

Je terminerai par ce qui me semble être le véritable point faible du jeu: Le maniement du clavier. En effet, il faudra un certain temps d’adaptation avant de maîtriser parfaitement le jeu, car les touches (surtout pour un clavier Azerty) peuvent être jugées comme « non intuitive »: « A »: Pour utiliser l’arme secondaire (Boomerang, arc…), « S »: Pour sauter (deux fois « S »pour le double saut), et « D »: Pour utiliser l’épée (maintenir « D » pour utiliser une super attaque avec cette dernière arme).