admin

Test de Battleships Forever

Récemment nommé pour l’award de conception novatrice (design innovation award) au festival des jeux indépendant de San Francisco, en février 2008, Battelships Forever est un jeu totalement gratuit développé presque exclusivement un jeune singapourien de 22 ans. Léger en termes de poids -comptez une vingtaine de Mo tout au plus- et capable de tourner même sur les machines les plus anciennes, ce jeu de stratégie temps-réel se défend pourtant très honorablement par rapport aux productions des mastodontes du milieu.

Principe de jeu et gameplay de Battleships Forever

Comme le suggère le titre*, les éléments principaux du jeu sont des vaisseaux de combats, pouvant être sous votre commandement, selon d’un allié ou encore d’un IA adverse. Le jeu vous met dans une position de commandant suprême et incontesté de flottes plus ou moins importantes de vaisseaux spatiaux plus ou moins importante, le but du jeu se résumant en général à détruire les flottes ennemies ou se rendre à un point donné tout en restant relativement intact. Pour cela, vous contrôlez vos vaisseaux à la souris, de manière assez instinctive, avec un clic gauche ordonnant un déplacement et une pression sur le bouton droit vous permettant de désigner le point auquel vos vaisseaux doivent faire face. Le positionnement des vaisseaux est crucial pour leur survie et la victoire, aussi faut-il apprendre rapidement à déplacer efficacement ses appareils.

Les vaisseaux, plus ou moins gros, résistants ou armés, sont bâtis sur un même modèle : un noyau auquel sont reliés différentes parties, les parties pouvant avoir elles aussi des éléments « fils ». Les armes suivent le même principe d’assemblage que la coque. Chaque élément ainsi positionné à ses propres caractéristiques : résistance, points de vie et jauge de vie, portée, puissance, angle de tir… Mais s’ils elles sont individualisées, les différentes parties des astronefs ne sont pas pour autant indépendantes ! En effet, la destruction d’un élément entraine directement la destruction de tous les éléments qui en dépendent. Ainsi, détruire la base d’une aile détruira souvent l’aile entière et détruire le noyau détruira par la même occasion le vaisseau dans son intégralité. Un des aspects de la stratégie du jeu consiste ainsi à trouver le point faible des adversaires, ou encore à détruire les armements adverses les plus puissants pour avoir le champ libre… Enfin s’ajoute à cela toute une panoplie d’équipements plutôt variés, avec des armements de puissances et capacités variables mais aussi des dispositifs plus délicats d’usage requérant une activation spécifique par l’utilisateur. Par exemple, il existe un dispositif permettant de dessiner tout à fait librement un champ de force impénétrable pour la plupart des rayons, et ce n’importe où sur le champ de bataille. Néanmoins, ces dispositifs spéciaux sont gourmands en énergie, ce qui force à les utiliser avec discernement. La puissance potentielle de ces éléments, notamment dans le cas des déflecteurs, capable de rendre une section du vaisseau totalement invulnérable pendant un laps de temps conséquent, en font bien évidement des cibles de choix.


Par ailleurs, on notera le comportement plutôt réaliste des appareils, qui dérivent plus ou moins quand ils sont touchés ou encore peuvent être totalement court-circuités quelques secondes voire endommagés par une importante explosion à proximité. On peut également noter l’absence de « chance de toucher » : les armes, sauf peu être le blaster, sont d’une précision plutôt millimétrique, il n’y a pas facteur arbitraire entrant en jeu lorsqu’un tir émane d’un vaisseau.